menuiserie-3li

L’UFME met à la disposition des professionnels un document pédagogique intitulé « Marquage Global des Fenêtres et Blocs Baies PVC et Fenêtres Aluminium à Rupture de Pont Thermique (RPT) », pour informer sur les conséquences pratiques de l’évolution de la certification NF des menuiseries extérieures. L’objectif de ce guide est de permettre à tous les professionnels de répondre sous deux ans, à l’objectif de marquage global des produits.

Dans un contexte concurrentiel de plus en plus difficile, l’UFME a engagé il y a plusieurs mois des démarches avec le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), pour permettre d’accompagner les professionnels dans l’évolution des référentiels et des marquages des menuiseries.
En effet, le référentiel de la marque NF220 a évolué au 1er janvier 2015, fixant un objectif de marquage global des produits couverts par la marque NF, au plus tard au 1er janvier 2017.

« L’échéance de 2017 peut sembler lointaine, mais il est primordial pour les fabricants d’anticiper et de préparer l’entrée en vigueur de cette réglementation. Sous deux ans, il leur faudra appréhender le marquage sur le volume global de leur production : le nombre de fenêtres marquées sur des gammes déjà certifiées va augmenter et petit à petit de nouvelles gammes de menuiseries vont être amenées au marquage NF », commente Ludivine Menez, Déléguée Technique de l’UFME.

Dans ce cadre, chaque unité de fabrication titulaire du droit d’usage de la marque NF Fenêtre PVC ou Aluminium RPT, doit faire certifier, sous 2 ans, l’ensemble des produits du type de fabrication couvert par la certification, selon des taux minimaux prédéfinis.

 

Diminution des coûts

Parmi les nouvelles règles, l’obligation d’étendre à 90% ( ou 70% en cas d’exportation de produits) en moyenne la certification de chaque gamme déjà titulaire de la marque NF. Il s’agit également de s’assurer que le nombre de produits certifiés est supérieur ou égal à 90 % en moyenne de toute la production du site au sein de chaque système (matériau, plan d’étanchéité) titulaire.

Si ce seuil n’est pas atteint, la certification est étendue à une ou plusieurs des gammes non encore titulaires pour respecter l’obligation minimale de 90% de produits certifiés en moyenne dans les systèmes concernés sur le site de production.

« Cette évolution présente un avantage certain pour le fabricant dont toutes les fenêtres seront marquées et qui pourra ainsi tenir un discours homogène dans sa communication. Par ailleurs, l’augmentation du taux de marquage va permettre une diminution des coûts de droit d’usage non négligeable et la marque NF va bénéficier d’une plus grande visibilité », estime Ludivine Menez.

 

Vers un marquage NF à 100 % des productions

Le syndicat propose donc pour y voir plus clair un guide pédagogique pour permettre à tous les professionnels d’aller vers un marquage NF à 100 % de leurs productions. Le guide décrypte notamment l’évolution du référentiel de la marque NF Fenêtre PVC et Aluminium.

Il décrit le périmètre de l’obligation d’extension de marquage, les étapes pour y parvenir, avec illustrations sur des exemples concrets, les évolutions du coût lié au droit d’usage (marquage), les coûts d’instruction et de suivi induits par l’extension de certification à de nouvelles gammes, les avantages du marquage global.

Etayé de nombreux exemples, ce guide synthétique ne se substitue cependant pas au Règlement de certification NF220 – NF Fenêtres et Blocs-Baies PVC et Aluminium RPT, ni aux informations tarifaires spécifiques à des cas particuliers. Il n’entre pas dans les détails techniques des conditions d’extension de certification qui sont traités dans l’additif au référentiel de certification NF220 mis à disposition par le CSTB.

 

Source : batiweb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *