cloud-3li

Une étude menée auprès de responsables informatiques au sujet de leurs attentes vis-à-vis du cloud computing, parrainée par Tata Communications, révèle des conclusions peu surprenantes, voire des évidences. De ces données rébarbatives émerge toutefois une vérité enthousiasmante : le cloud peut aider à accroître la pertinence du DSI et du département informatique pour l’entreprise.

Pour ce rapport, le cabinet d’études de marché Vanson Bourne “a mené au total 1 000 entretiens avec des décideurs informatiques dans des entreprises privées de 500 salariés et plus”, entre septembre et octobre 2014. Bien que le rapport parle “d’entretiens”, il s’avère qu’il s’agissait de réponses à une étude en ligne plutôt que d’entretiens en tête à tête. “Les entretiens ont été réalisés en ligne à l’aide d’un processus rigoureux de sélection à plusieurs niveaux pour s’assurer que seuls les candidats appropriés pouvaient participer”.

L’objectif annoncé de l’étude est de mesurer l’adoption du cloud computing et de déterminer si les décideurs des entreprises réalisent les avantages attendus de leur utilisation du cloud.

Voici les principales conclusions :

  • 97% des personnes interrogées déclarent que leur entreprise a adopté le cloud dans une certaine mesure.
  • 28% du stockage de données dans les entreprises des personnes interrogées se trouvent aujourd’hui dans le cloud.
  • 68% indiquent que la migration vers le cloud a impliqué des individus extérieurs au département informatique.
  • 90% révèlent que les demandes d’autres départements ont influencé la décision de mettre en œuvre le cloud computing.
  • 86% estiment que le cloud computing s’est montré à la hauteur du battage médiatique, voire l’a surpassé.

 

Ces conclusions confirment en grande partie ce que nous savons déjà : presque tout le monde utilise le cloud. Ce qui est plus intéressant, c’est le fait que 28% des données d’entreprise des personnes interrogées sont stockés dans le cloud aujourd’hui. Toutefois, seulement 2% stockent ces données dans un environnement de cloud public ou hybride.

Le cloud computing fait de plus en plus partie intégrante du contexte informatique

Ces chiffres nous permettent d’arriver à une interprétation claire : le cloud computing fait de plus en plus partie intégrante du contexte informatique. Toutefois, de nombreuses entreprises continuent d’apprendre, d’expérimenter et de tâter le terrain. Le cloud computing privé offre un tremplin naturel vers une adoption plus vaste du cloud, si bien que la progression vers une utilisation accrue du cloud computing public (et hybride) est inévitable.

La capacité à piloter le changement organisationnel est l’un des aspects les moins bien compris du cloud computing. L’étude explique que le cloud est un effort d’équipe, qui implique des départements extérieurs au département informatique. “Traditionnellement, si une entreprise veut réaliser un investissement ou un changement significatif dans son approche de l’informatique, c’est majoritairement le département informatique qui s’en occupe seul. Le cloud computing brise cette tendance : l’étude montre qu’il est rare qu’une migration vers le cloud soit le seul fait d’un département informatique.”

Le cloud computing est une activité d’équipe qui détruit les silos. Le fait de savoir que les autres départements veulent être impliqués dans la prise de décisions sur le cloud donne au DSI et au département informatique une formidable opportunité d’encourager le dialogue entre les utilisateurs de l’entreprise. Dans un univers où le département informatique continue de lutter pour faire valoir sa pertinence stratégique, le cloud offre un véhicule idéal au DSI pour nouer un dialogue avec les utilisateurs. Ces discussions deviendront inévitablement une base de pertinence pour le DSI.

Source : zdnet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *