Transformation-3li

Les entreprises françaises basculent progressivement dans l’ère du numérique. Elles doivent répondre au besoin de mobilité de leurs salariés et à certains enjeux de sécurité.

Après le passage de l’oral à l’écrit et de l’écrit à l’imprimerie, nous vivons tous aujourd’hui la troisième révolution avec le passage au numérique. Nous sommes même certainement la dernière génération à avoir connu les supports physiques : la musique s’écoute désormais en MP3, les films se regardent en VOD, et les livres se lisent sur tablette.

Cette révolution a vu naître un certain nombre de concepts comme l’ application service provider tandis qu’aujourd’hui nous parlons de SaaS, de cloud ou de mobilité. Nous avons pris l’habitude d’évoluer dans cet univers depuis bien plus longtemps que ce que l’on imagine : en utilisant un webmail, nous y étions déjà sans même nous en rendre compte. Depuis, nos téléphones nous permettent de sauvegarder nos photos dans le cloud ou de consulter notre compte bancaire sur Internet.

90 % des données digitales actuelles n’existaient pas il y a deux ans, selon Bull, ce qui démontre notre voracité croissante dans la consommation de numérique. Un essor qui se retrouve porté par l’explosion du marché des tablettes et smartphones : il se vend plus de terminaux mobiles que d’ordinateurs et un tiers des foyers français sont équipés d’une tablette.

Mutation voulue ou imposée

Irrémédiablement les entreprises passent elles aussi au digital. Mais chacune à son rythme et en fonction de son parcours. Dans certains cas il va s’agir d’une stratégie de développement. C’est le cas par exemple d’une entreprise qui, pour que ses commerciaux gagnent en efficacité sur le terrain, les équipe de solutions mobiles leur permettant un accès distant à leur fichier de clients ou leur catalogue produit.

Dans d’autres cas, le changement sera guidé par des contraintes légales. Le gouvernement mise d’ailleurs sur ce changement et encourage les entreprises à passer au numérique. Par exemple, la TVA est dorénavant complètement dématérialisée, qu’il s’agisse de la déclaration ou du paiement. Même l’entreprise qui la délègue, sera rattrapée par une autre obligation qui lui fera prendre conscience qu’il est aujourd’hui difficile, voire impossible de se passer du numérique.

Vers un essor de la mobilité

Comme dans nos foyers, Internet est accessible dans quasi toutes les entreprises. Mais qu’en est-il de la mobilité ? L’équipement des entreprises en tablette s’élève à seulement 5 %, indique du étude réalisée par TNS Sofres, parue en 2014. En parallèle le bring your own device (BYOD)  – l’utilisation d’un objet numérique personnel à des fins professionnelles – se développe et 20 % des entreprises, d’après la même étude, déclarent que leurs collaborateurs utilisent leur tablette privée pour des besoins professionnels. Mais cette pratique pose de réelles questions en matière de sécurité des données, il est donc indispensable que ces entreprises s’équipent pour le compte de leur activité. Le besoin est bien réel ! La mobilité ne demande qu’à être déployée à grande échelle.

Même si les atouts du SaaS en entreprise sont indéniables (paiement à l’usage, accessibilité partout, tout le temps, sécurité des données, pas de contrainte de maintenance et de sauvegarde), toutes les entreprises ne prendront pas ce virage. C’est aux éditeurs d’adapter leurs offres à tous les comportements. Le mode hybride voit le jour par exemple avec des applications mobiles qui s’interfacent avec des logiciels en local. Le SaaS enregistre des taux de croissance conséquents. Mais face à certains freins, la traditionnelle installation sur l’ordinateur perdure.

La troisième révolution numérique pourra atteindre le plus grand nombre lorsque les freins comme la sécurité des données ou la continuité du service seront définitivement levés.

 

Source : Les Echos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *