3li

La digitalisation transforme le secteur agricole

Digitalisation agricole – Si certains domaines semblent résister à l’implantation du digital, d’autres sont en phase de transformation. Généralement, cela concerne les secteurs qui connaissent le plus de contraintes (argent, temps et/ou charge de travail). Ces secteurs ont recours au digital afin d’augmenter en productivité, mais aussi dans le but d’innover. L’agriculture a vu dans le digital un moyen de surmonter de nombreuses difficultés inhérentes à ce secteur. Si le développement d’un pays passe par une agriculture industrialisée, il est probable que ces prochaines années, le développement passe par une agriculture digitalisée. Et le Maroc n’y échappera pas.

L’agriculture adopte le numérique et la robotique

Le digital est un générateur quotidien de milliers d’innovations. Que ce soit en hardware, en software, en robotique, en capteurs… L’agriculture est impactée par le digital comme toutes les autres professions. La nouveauté c’est le dialogue entre les machines. L’information est fondamentalement modifiée dans la façon de l’émettre mais aussi de la recevoir, de la stocker, de la traiter. C’est d’ailleurs tout l’enjeu du Big Data. C’est grâce à ces innovations et à ce développement de l’information que l’on voit émerger les technologies du biodesign et du biomimétisme.

Dans un contexte économique difficile, le numérique permet de trouver de nouvelles sources de financement pour développer les exploitations. Le numérique s’installe également dans les exploitations pour mieux gérer les fermes. Une large gamme de capteurs intelligents autonomes, placés dans les champs, embarqués sur les engins agricoles ou sur des drones, permettent d’optimiser les traitements grâce à une meilleure connaissance des besoins du sol et des plantes. Le traitement de données obtenues permet d’évaluer les besoins au quotidien, suivre l’état des sols et gérer les risques. L’agriculteur peut ainsi connaître au mieux les besoins en arrosage, les besoins spatiaux en engrais ou en produits phytosanitaires, pour ne traiter que les parcelles nécessaires.

La robotique agricole est utilisée depuis quelques années pour enlever une des plus grandes astreintes des agriculteurs : La traite des vaches. Aujourd’hui, cette tâche est robotisée dans de nombreuses exploitations, et au Maroc nous n’y échappons pas. Le numérique contribue ainsi largement à diminuer la pénibilité. On utilise également des robots pour semer désherber, pulvériser les produits phytosanitaires, transporter du matériel ou des récoltes. D’autres recherches sont encore en cours.

Le projet « jeunes chercheurs » AdAP2E vise à réaliser un robot capable de traiter les vignes de manière autonome et d’aider à planifier et contrôler la pulvérisation en temps réel. Le projet PUMAgri cherche quant à lui à développer un robot désherbeur d’ici 2023 pour les filières du maraîchage, de la viticulture, de l’arboriculture, voir pour les grandes cultures.

Et en termes d’irrigation ?

La question de l’eau reste essentielle, à fortiori au Maroc, cela passe notamment par la mise en place de solutions techniques de précision. Tels que le goutte à goutte enterré, les sondes et capteurs fixes ou sur drones, logiciels d’aide à la décision afin d’évaluer et apporter la juste dose d’eau au bon endroit mais aussi par la modélisation ou la mise en place de nouvelles pratiques, telles que la réutilisation des eaux usées traitées.

Quel avenir pour les robots agricoles ?

Un développement fulgurant des robots agricoles serait à prévoir d’ici à 2024. L’ensemble du marché de l’automatisation agricole devrait ainsi atteindre un chiffre d’affaires mondial de 739 milliards de dirhams.

Ceux affectés à l’alimentation et à la traite du troupeau sont en plein essor, les robots des champs en sont encore à leurs balbutiements. Pourtant, ce secteur va exploser au cours des dix prochaines années. La robotique agricole dans son ensemble (robots de traite, d’alimentation, de stabulation, drones, tracteurs sans chauffeur…) devrait générer un chiffre d’affaires mondial de 739 milliards de dirhams en 2024, contre 30 milliards en 2015.

Les robots des champs, et en particulier les tracteurs sans chauffeur, vont se tailler la part du lion. Ce marché devrait générer un chiffre d’affaires mondial de 307 milliards de dirhams en 2024. Les robots travaillant dans les élevages généreront l’autre partie du revenu. Le marché du drone agricole, qui ne représentera qu’un faible pourcentage du chiffre d’affaires de la robotique, comptera néanmoins le plus grand nombre d’unités venues avec une estimation de 411.000 engins en 2024.

 

Edité par Sophia Maazouz est journaliste à AgriMaroc.ma

Source : agrimaroc.ma

One thought on “La digitalisation du secteur agricole: Une révolution

  • 2 septembre 2016 à 10 h 48 min
    Permalink

    Bravo pour votre blog!!! Une grande innovation dans ce secteur d’activité!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *