3li

La Business Intelligence évolue en fonction des métiers. La data a un impact direct sur la stratégie d’une entreprise. Une meilleure compréhension des enjeux stratégiques permet d’être plus efficace et, à terme, d’augmenter la productivité.

Pourquoi la donnée devrait-elle être complexe et réservée à un petit nombre d’experts ? Elle peut devenir accessible à tout le monde si chacun possède les bons outils. Afin de démocratiser la donnée, les outils de data visualisation se révèlent efficaces : un tableau de bord alliant simplicité et esthétisme permet de suivre ses résultats tout en facilitant la compréhension de données complexes.

Du Self-Service…

La Self-Service Business Intelligence (SSBI) permet aux utilisateurs finaux de manipuler et analyser eux-mêmes les données de l’entreprise, sans connaissance spécifique en datamining. Le service informatique n’a plus à être sollicité et le processus d’exploitation des données est raccourci.

Néanmoins, cette approche présente encore des risques. Une nouvelle analyse nécessite à chaque fois un nouvel usage, ce qui représente une durée considérable consacrée à des tâches qui pourraient être automatisées. Selon les paramétrages et les interprétations de chaque utilisateur, cela peut également conduire à des conclusions différentes, voire contradictoires.

Deux enjeux se distinguent alors : mécaniser l’exploitation des données et en faire du data storytelling.

…à l’autonomie

Pour suivre les courbes de rémunération ou d’effectifs, une équipe RH a besoin de consulter ces informations régulièrement. Pour les multinationales, il est aussi primordial d’avoir accès aux données à différentes échelles, globale puis régionales.

Or, il est laborieux et chronophage de traiter manuellement des données brutes tous les mois. Il se peut qu’un fichier Excel ou PowerPoint ne soit pas mis à jour régulièrement. Il peut aussi mettre du temps à parvenir entre les mains du décideur, surtout si les informations requises proviennent de plusieurs filiales étrangères.

La solution est donc de sélectionner les données pertinentes et d’en mécaniser l’exploitation via un tableau de bord régulièrement mis à jour. Au lieu de communiquer par mail et de mobiliser plusieurs personnes dans le processus, chacun peut se connecter directement à l’outil. Les données sont alors accessibles en quelques clics. Cela permet un gain de temps formidable et les décisions sont prises à partir d’une vue claire et actualisée de l’entreprise. Une équipe peut désormais aller à l’essentiel, sans perdre d’informations importantes.

Le data storytelling, raconter une histoire métier

Le deuxième enjeu réside dans l’interprétation de l’information. En plus de visualiser la data, il faut y donner du sens : éliminer le superflu, introduire des connecteurs logiques, améliorer la navigation et mettre de l’intelligence derrière les graphiques et les tableaux… Tout cela avec un seul but : raconter une histoire. C’est le data storytelling.

Au lieu d’accumuler des graphiques, on construit des scénarios en se concentrant sur les attentes de l’audience. Avec les mêmes données, on ne raconte pas la même histoire à tous les utilisateurs. Là où les managers veulent être sensibilisés sur le bilan social de l’entreprise, les contrôleurs de gestion préfèrent se concentrer sur le reporting de la masse salariale, par exemple.

En résumé, le data storytelling scénarise un métier et fait parler les données. Une bonne solution de reporting a un fil conducteur visible, évoque la compétitivité de l’entreprise, met en avant les secteurs qui performent et pointe les tendances à la baisse.

Business Intelligence : aller plus loin

Comment exploiter au mieux ses données métier ? Il est possible pour les équipes d’aller plus loin.

Dans un contexte où les décisions doivent être prises rapidement, il est important de rendre la data accessible n’importe où. Pas uniquement sur ordinateur, mais aussi sur smartphone ou sur tablette. La mobilité implique parfois une connexion impossible à internet. Il est donc essentiel de prendre en compte la disponibilité des données en mode offline.

Rendre ludique l’interaction avec la donnée simplifie la compréhension. L’analyse n’est plus considérée comme un effort. Elle devient même agréable, dès lors que l’expérience utilisateur est soignée. Ainsi, la gamification introduit des mécaniques de jeu dans le monde froid du big data. Elle donne envie de se connecter à sa plateforme de reporting et de jouer avec les chiffres. Une émulation se met naturellement en place afin de repérer les nouvelles tendances et une occasion d’augmenter la performance de l’entreprise.

Toujours dans un souci de démocratisation de la donnée, la Business Intelligence évolue donc en fonction des besoins des entreprises. Une meilleure compréhension des enjeux stratégiques leur permet d’être plus efficaces et, à terme, d’augmenter leur productivité.

 

Edité par Baptiste Jourdan, co-fondateur de Toucan Toco

Source : decideo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *